Dindon Vecto.png

Le dindon de Sologne

En un mot...

Le dindon est arrivé d'Amérique au tout début du 16ème siècle et c'est très rapidement qu'il a trouvé en Sologne une terre d'élection.

Exporté outre-manche à son apogée à la fin du 19ème, il ne doit sa survie aujourd'hui qu'à l'engagement de quelques passionnés.

Originaire du continent américain, c'est semble-t-il vers 1518 que le dindon est importé d'Espagne en France par des missionnaires jésuites. D'abord considéré comme une volaille de luxe (il est servit à la table royale en 1520 pour le mariage de Charles IX), il investit peu à peu les cours de fermes et trouvera bientôt une place de choix en Sologne.

Dans les prairies et les forêts de son Amérique natale, cet animal a une aptitude particulière à se nourrir de tiges herbacées, de baies et d'insectes. Les agronomes du 18ème et du 19ème siècle qui recherchent comment mettre en valeur la Sologne font donc du dindon un des acteurs du développement de la région !

En 1867, le département du Loir-et-Cher, qui n'inclut pourtant qu'une partie de la Sologne, est déjà le plus gros producteur français de dindons.

Avec le développement du chemin de fer s'ouvre une ère nouvelle pour les dindons français, et tout particulièrement celui de Sologne : ils vont s'exporter outre-manche et approvisionner l'Angleterre en dindes de Noël. La compagnie d'Orléans suscite l'exportation massive de dindons. Poussés par la concurrence du dindon de Norfolk et des dindons irlandais sur le marché britannique, les éleveurs solognots améliorent sensiblement les qualités de leur produit. 

L'émulation créée lors des comices agricoles aboutit à un standard tardif de la race en 1924.

La crise économique de 1929, puis la Seconde Guerre mondiale mettront un terme à l'exportation de dindons. L'élevage fermier traditionnel sur les landes de Sologne n'est pas compatible avec la production d'escalopes à bas prix. On doit à la persévérance de quelques amateurs, regroupé au sein du Conservatoire des Races Rustiques de Sologne, la préservation d'un noyau de reproducteurs. 

Histoire

Description

Il se caractérise par son plumage d'un noir intense, assez serré, des pattes noires avec quelques légères traces rosées.

Sa chair est particulièrement fine et goûteuse. 

Les dindes pondent 10 à 30 œufs par an, la coquille est blanchâtre parsemée de points brun-rougeâtre. Elles sont d'excellente couveuses.

Risque de confusion :

Il est parfois confondu avec le dindon du Bourbonnais mais il est plus lourd et plus ample que ce dernier.

Dinde Noire Sologne 3 AFFICHE.JPG

Crédit photo : URGC

Situation de la ressource

La conservation sur pied est assurée par le Conservatoire des Races Rustiques de Sologne (CRRS).

Contact : Jacques Berger, président 

Valorisation :

-Michel Angier, éleveur à Gy en Sologne (41230) 

 

Crédits photos :  URGC