Oie Vecto.png

L'Oie de Touraine

En un mot...

D'origine relativement récente, mais peu documentée, l'oie de Touraine serait issue d'une sélection à partir de ses voisines du poitou et du bourbonnais.

Elle est reconnue tant pour ses qualités fermières, que pour son plumage d'un blanc pur et ses formes harmonieuses qui en font un bel oiseau d'ornement. 

On dispose de très peu de références sur l'origine de l'oie de Touraine. Son standard a été reconnu en 1909. Le "Journal d'agriculture pratique" du premier semestre 1923 la présente comme une création du Club avicole de Touraine (lui même fondé en 1909), ce qui militerait pour une origine récente. La présence d'autres oies blanches dans le centre de la France laisse supposer une parenté entre elles. La tourangelle est toutefois plus petite que sa voisine du Poitou et plus encore que celle du Bourbonnais. Sans qu'il soit possible de l'affirmer, une sélection en fonction d'objectifs distincts est probablement à l'origine d'une différenciation entre ces 3 races.

Pour la petite histoire...

Après la seconde guerre mondiale il semble que l'oie de Touraine ait disparu de son territoire d'origine. Une famille d'éleveurs, M et Mme Drouet, originaire du Vouvrillon où elle sélectionnait cette volaille, s'était retirée avec leurs animaux en Normandie. C'est de leur élevage que Mme Bischoff rapporta en 1990, à Loché-sur-Indrois, un trio à partir duquel l'élevage de cette oie a pu être relancé dans la région.

Origines

Description

D'aspect puissant et ramassé, elle possède un port relevé, une poitrine haute et large, une tête forte et allongée. Son cou est long et droit, ses tarses fins et longs. C'est une oie d'un blanc pur, au bec et au tarse jaune-orangé et à l'iris bleu clair.

Excellente couveuse et meneuse d'oisons, le jars est également un très bon père.

Risque de confusion :

Elle est proche de l'Oie du Poitou et de celle du Bourbonnais. Son poids est toutefois inférieur d'1 à 2 kg, son bec plus long et son duvet moins dense.

Oie homme 2.JPG

Crédit photo : URGC

Situation de la ressource

La conservation sur pied est assurée par l'Union des amateurs de géline de Touraine (UAGT)Contact : Pascal Boucher

Valorisation :

-Catherine Vandamme, éleveuse à Charnizay (37290)

-Christine Boisquillon, Domaine du Plessis à Ste Maure de Touraine (37800)

 

Crédits photos :  URGC