La chèvre cou-clair du Berry

En un mot...

Présente dans le Berry depuis les années 1900, la Cou-clair du Berry était la race principale des petits élevages caprins de l'Indre et du Cher avant d'être écartée au profit de races plus productives. Elle serait le résultat du croisements entre les chèvres berrichonnes et des chèvres mantelées importées de Savoie. Elle a frôlé la disparition avant d'être secourue au début des années 2000 par un groupe d''éleveurs passionnés qui ont recherché et pris en charge les derniers individus de la race. Cette association, l'ARCCB, travaille depuis plus de dix ans à la sauvegarde de cette chèvre en partenariat avec l'URGC. Aujourd'hui, les effectifs sont de plus de 200 chèvres, présentes principalement dans leur berceau d'origine : les effectifs remontent doucement, mais la race reste menacée.

Carte d'identité

200 individus en 2019

50 éleveurs, dont environ une quinzaine de professionnels

Production de fromage de chèvre, viande de chevreau et savons au lait de chèvre.

La population de cou clair du Berry se serait formée au cours de ce dernier siècle à la suite de croisements entre les chèvres paysannes communes du territoire du Berry et des chèvres importées des Alpes Françaises et de Savoie. Les premières traces de la Cou Clair en Berry remontent aux années 1900. Dans les années 1920-1930, M. Mauvy, grand passionné d’élevage et de sélection caprine, a fortement contribué au développement de cette chèvre de type Cou Clair, souvent appelée « mantelée » à l’époque. Il a aussi participé à sa diffusion dans de nombreux élevages de l’Indre et du Cher. Plusieurs témoignages indiquent que jusque dans les années 50, « la cou clair était LA chèvre du Berry ». A partir des années 60, la modernisation de l’agriculture s’accompagne de l’homogénéisation des races et variétés. Toutes les populations animales locales, Cou Clair du Berry compris, subissent cette orientation et disparaissent petit à petit des élevages.

Les origines

Description

La chèvre cou clair du Berry est reconnaissable facilement à son patron particulier : son poil est de couleur claire à l'avant, et foncé ou noir à l'arrière. Le poil est ras ou mi-long, parfois long sur le dos et l'arrière de l'animal. On distingue deux taches claires caractéristiques sur le flanc et la jambe, ainsi qu'une virgule plus foncée sur la joue claire. Elle a des cornes divergentes et incurvées vers l'arrière.

C'est un animal rustique avec une bonne qualité de lait, qui compense un volume de production légèrement inférieur à la race alpine. Elle est adaptée à l'écopâturage et à la vie en plein air, valorise bien toutes les ressources en pâturage et est peu sensibles aux maladies. C'est une chèvre familière, en général proche de l'homme.

Le projet de 

sauvegarde

Au début des années 2000, quelques passionnés, ayant pris racine dans le Berry, prennent conscience de l’existence de cette chèvre locale. Après avoir prospecté aux alentours, quelques spécimens sont retrouvés. En 2001, l’Association pour le renouveau de la chèvre Cou Clair du Berry (ARCCB) est créée.

Depuis maintenant près de 20 ans, les membres de l’ARCCB, accompagnés par l'URGC, se battent pour sauver la Cou Clair du Berry. Cette association s'est donné pour objectifs de sauver la chèvre Cou Clair du Berry et de travailler à sa reconnaissance officielle. Pour cela, il faut pérenniser et augmenter les effectifs qui sont actuellement très faibles tout en maîtrisant leur consanguinité. Il faut aussi faire connaitre cette chèvre au plus grand nombre.

Nous sommes financés : 

Logo Region-Centre-Val-de-Loire-2015.png

Ces projets sont cofinancés par l'Union Européenne. L'Europe investit dans les zones rurales.

facebook@8x.png
chat@8x.png
star@8x.png

Inscription à la lettre de nouvelles trimestrielle : 

© 2020 URGC. Tous droits réservés

 

Nous sommes membres : 

téléchargement (1).png
Logo_InPACT_Centre_sur_fond_blanc.png