Betterave Vecto.png

Le radis d'Orléans

En un mot...

Très ancienne variété de betterave à la peau jaune et à la chair blanche, arrondie aux extrémités.

Carte d'identité

Beta vulgaris

Inscrit au catalogue officiel non

Semences disponibles 

En essai chez des maraîchers

Les origines

Obtenue en 1853 par M. Vilmorin sur le Domaine des Barres dans le Loiret à partir de la variété Jaune d’Allemagne. De par ses qualités, elle est devenue une des betteraves fourragère les plus cultivées en France et à l’étranger à partir de la fin du 19ème siècle. Un temps disparue de France, elle a été retrouvée au Québec.

Il y a beaucoup d’archives détaillées de 1856 à 1961 (beaucoup de dessins)

Sélectionnée à partir de la Betterave jaune d’Allemagne par le grand-père d’Henri Vilmorin dans et pour son domaine des Barres. Première description en 1854 dans le Bon jardinier. S’est rapidement répandue à d’autres pays. (SOURCE Journal d'agriculture pratique, de jardinage et d'économie domestique (A30-T12), 1866)

Ancrage de la culture de la betterave dans le Gâtinais dans les années 1800-1850 grâce à son sol favorable à la culture de la betterave avant la venue de Vilmorin au domaine des Barres. Contexte Napoléon 1806 blocus, pénurie de sucre : encourage la production de betteraves à sucre et fourragère.

Depuis 2000, cette betterave est commercialisée par Patrice Fortier au Quebec (La société des plantes). Il a retrouvé cette variété sous le nom 'Yellow Intermediate' auprès de compagnies américaines comme Abundant Life Seed Fundation, Peace Seed et Seeds of Change. On la retrouve toujours [2019] sous ce nom anglais chez Seeds Savers Exchange. Il avait identifié cette variété dans des archives de la graineterie du jardin des plantes de Paris (Voir mail du 17 mai 2018). Il travaille maintenant [2022] sur un croisement entre la jaune ovoïde des barres et une autre variété : il conserve un stock mais ne la commercialise plus.

De forme elliptique, parfaitement arrondie aux extrémités inférieures et supérieures, sa longueur est le double son diamètre. Elle a la peau jaune et la chair blanche, quelques fois légèrement teintée de jaune. Son feuillage est peu développé et son pivot bien présent, rendant l’arrachage assez facile pour qu’il puisse se faire facilement à la main.

Les feuilles sont d’un vert très blond, à nervures et à pétioles vert pâle. 

Description

2019 Millancay CP URGC (2).jpg

Crédit photo URGC

Au potager

Variété très rustique qui s'acclimate facilement dans les sols sablonneux ou calcaire de qualité très médiocre.

Le semis se fait directement en pleine terre d'avril à juillet. Il est conseillé d'attendre que la terre soit réchauffée en fin avril pour une germination régulière.

Faire des sillons de 2 cm espacés de 30cm, semez un glomérule (contient plusieurs graines) tous les 20cm. Bien arroser.

Eclaircir quand les plants ont 4 ou 5 feuilles pour ne garder qu’un plant vigoureux tous les 25cm.

Pensez à pailler pour garder la terre humide et espacer les désherbages. Une fois par an apportez à votre sol une poignée de cendre par m2.

La récolte peut se faire de juillet jusqu’au premières gelées, au fur et à mesure des besoins : soulevez délicatement avec une fourche-bêche et tirez à la base des feuilles.

Anciennement fourragère, cette betterave est aujourd'hui très appréciée des cuisiniers. Légèrement sucrée, son goût est plus subtil que la betterave rouge et sa texture bien croquante

Ses feuilles vertes tendres uniformes sont aussi bonnes cuites que les bettes à cardes

En cuisine